Insomnie

Définition

Une ou plusieurs plaintes d'un mauvais sommeil nocturne associée à des répercussions diurnes.

Plusieurs types d'insomnie :

  • Insomnie initiale = difficulté à initier le sommeil
  • Insomnie de maintient = difficulté à maintenir le sommeil (réveils nocturnes)
  • Insomnie terminale = impossibilité de se rendormir après un réveil

Interrogatoire

3 critères sont nécessaires pour affirmer l'insomnie :

  • Plainte d'un mauvais sommeil : Difficultés d'endormissement (seuil > 30 min généralement retenu), une difficulté à maintenir le sommeil avec réveils nocturnes, un réveil matinal précoce.
  • Des symptômes diurnes : Asthénie, Somnolence, trouble de la concentration ou mémoire, altération de la vie sociale, anxiété, irritabilité, ...
  • Survenant au moins 3 fois par semaine.

En cas de symptômes nocturnes isolés, on parle plutôt de mauvais dormeur.

Interroger sur le mode de début :

  • Brutal faisant souvent suite à un évènement émotionnel intense
  • Début incidieux faisant souvent suite à de mauvaises habitudes de sommeil.

Facteurs favorisants

Des prédispositions familiales sont souvent présentes. Une personnalité anxieuse peut être une prédisposition personnelle.

Évaluer les habitudes de vie

Certaines habitudes peuvent perturber à plus ou moins long terme le sommeil :

  • Irrégularité des heures de coucher et lever, notamment entre les périodes de travail et week end
  • Horaires de travail décalés
  • Prise de stimulants : cafés, alcool, nicotine, ... En fin d'après midi ou début de soirée
  • Repas tardifs le soir
  • Absence d'activité physique ou activité trop tardive le soir
  • Exposition aux écrans le soir
  • Environnement de la chambre : bruits, pièce trop chauffée, ...

Rechercher des comorbidités

Médicaments pouvant induire des insomnies

Outils complémentaires

D'autres outils peuvent aider à évaluer la qualité du sommeil :

  • Questionnaire sur le sommeil
  • Agenda du sommeil (¤ ext)
  • Actimétrie : bracelet porté au poignet qui mesure le mouvement et détermine les heures de sommeil. Permet une mesure plus objective de la durée du sommeil.

Traitements

Traitements non médicamenteux

A privilégier en première intention dans l'insomnie chronique +++

Il s'agit principalement de mesures hygiéno-diététiques en corrigeant les facteurs pouvant altérer le sommeil :

  • Éviter les stimulants plusieurs heures avant le coucher
  • Éviter les appareils électroniques le soir, privilégier les activités relaxantes
  • Réaliser une activité physique pendant la journée, mais éviter le soir quelques heures avant le coucher
  • Maintenir une chambre fraiche, sombre et confortable
  • Réserver la chambre à coucher pour le sommeil uniquement, utiliser une autre pièce pour les autres activités (lecture, consultation d'écran, ...), ne rejoindre le lit que lorsque la somnolence s'installe.

  • Utiliser des méthodes de relaxation.

La thérapie cognitivo-comportementale semble aussi efficace pour traiter à la fois les facteurs prédisposant (anxiété, prédispositions familiales, ...) et les facteurs précipitant (évènement émotionnels intenses).

Il est aussi important de renforcer l'efficacité du sommeil en diminuant le temps passé au lit. Par exemple, une personne dormant 6 heures sur 8 heures passées au lit à une efficacité de sommeil de 75%. Le but est de raccourcir le temps passé au lit afin d'obtenir une efficacité de sommeil > 80-85% permettant une meilleure qualité de sommeil.
Ce temps pourra être progressivement allongé une fois une meilleure efficacité de sommeil retrouvée jusqu'à un temps de sommeil idéal.

Hypnotiques

Les médicaments hypnotiques ne doivent être utilisés que dans l'insomnie aiguë transitoire et prescrits sur une courte durée. Ne pas dépasser 1 mois dans la plupart des cas. L'arrêt doit se faire progressivement.

L'insomnie chronique ne relève pas de la prescription de médicaments hypnotiques.

Apparentés aux benzodiazépines

Attention au risque de Dépendance ++

  Posologie Demi-vie Effets secondaires

Zolpidem [=STILNOX°]

(Stupéfiant)

Comprimés 10 mg : ½ à 1 cp 2,4 h Hallucinations hypnagoniques
Effet paradoxal
Somnambulisme
Zopiclone [=IMOVANE°] Comprimés 3,5 et 7,5 mg : ½ à 1 cp 5 h Dysgueusie

Benzodiazépine

Attention au risque de Dépendance ++

  Posologie Demi-vie Effets secondaires

Lormétazépam [=NOCTAMIDE°]

Comprimés 1 ou 2 mg : ½ à 1 cp 10 h Effet résiduel
Loprazolam [=HAVLANE°] Comprimés 1 mg : ½ à 1 cp 8 h Effet résiduel

Anti-histaminique

Efficacité moins prouvée mais risque de dépendance moins important.

Agonistes mélatoninergiques

Efficacité moins prouvée mais risque de dépendance moins important.

Prescriptions hors AMM

Complications

A court terme

A long terme = Risque cardio-vasculaire

Références

Insomnie. La revue du praticien. vol. 67 p.845-876. Octobre 2017.

Consulté 175 fois / Dernière modification le 30 Août 2019, 11:11
Score 85